Section

Sardaigne: Selvagio Blu et grimpe

Vendredi 12, 11:00, la voiture est enfin chargée et peut amorcer son départ en direction du port de Gênes avec à son bord Vincent, Philippe, Christelle et Anne-Laure. A notre grande surprise, nous croisons Eric Maillard avec sa femme Mélanie et leur fille Maé sur la même aire d'autoroute juste avant d'arriver sur Gêne. Nous embarquerons sur le même ferry en début de soirée. Belle ambiance sur fond de vin et limoncello avant de partir à la recherche du meilleur spot pour bivouaquer. Samedi 13, nous arrivons au camping de Cala Gonone et retrouvons Christine et Pierre, arrivés quelques jours plus tôt. Le trek du Selvaggio Blu s'organise. A cause d'une météo trop incertaine, nous nous décidons de ne faire que 2 étapes sur les 4 initialement prévues. Dimanche 14, premier jour du trek, nous embarquons tous les 6 dans le bateau du pêcheur Paolo. Nous cachons notre ravitaillement du soir sur la plage de Biriola avant de se faire déposer plus au sud à Bocca Modaluru. Nous démarrons notre trek sous le soleil et la bonne humeur. Les paysages sont toujours aussi beaux. Après plusieurs heures de marche et quelques descentes en rappel, nous arrivons à Cala Biriola. Nous retrouvons notre ravitaillement caché le matin-même. La soirée s'annonce orageuse. Finalement, ce n'est que vers 4h du matin qu'une averse sérieuse nous tombe dessus. Heureusement, elle n'aura durée que quelques minutes Lundi 15, réveil humide sur la plage de Biriola.
A cause de notre départ tardif, nous ferons cette étape d'une traite jusqu'à Cala Sisine afin d'arriver à l'heure pour le bateau du retour. Nous aurons marché 12 kilomètres en moins de 6 heures, effectués 5 belles descentes en rappel et vu de magnifiques paysages. L'embarquement perilleux sur le bâteau de Paolo restera marqué dans nos esprits, tout comme la tongue rose à Christelle flottant sur les vagues de Cala Sisine. Mardi 16, le soleil perce quand même les nuages malgré une météo annoncée mauvaise. Nous en profitons pour aller faire quelques moulinettes à Buchi Arta. Mercredi 17, Vincent quitte le groupe pour la Suisse durant les 36 prochaines heures. Pendant ce temps, nous nous organisons pour une randonnée jusqu'à Cala Fuili où nous remontrons les gorges sur quelques kilomètres.
Nous découvrons alors des voies de grimpe, bien à l'ombre mais aussi très humides. Jeudi 18, le groupe se sépare.
Christine et Pierre partent en randonnée vers le nord, pendant qu'Anne-Laure s'engage pour plusieurs heures de course à pieds. Christelle et Philippe se baladent dans les alentours. Nous retrouverons Vincent dans l'après-midi. A peine arrivé qu'il repart avec Pierre pour profiter d'aller grimper dans les gorges de Cala Fuili. Vendredi 19, tout le monde quitte le camping à 8h en prévision de faire des longues voies à Surtana, excepté Anne-Laure qui reste au bungalow à cause d'une douleur à la jambe, la course à pieds de la veille n'étant pas innocente. Christelle et Philippe reviennent au camping en fin de matinée, le mauvais temps les aura fait renoncer à Surtana. Vers 13h, Vincent, Christine et Pierre sont de retour au camp de base après avoir visité Tiscali, la météo étant vraiment trop mauvaise pour grimper à l'intérieur des terres. Dans l'après-midi, Vincent, Pierre et Anne-Laure iront grimper dans les gorges de Cala Fuili pendant que Christine et Christelle profitent de la plage. Samedi 20, dernier jour sarde, nous quittons le camping vers 10h. Après avoir fait les dernières emplettes, nous nous séparons en 2 groupes. La météo étant cette fois-ci favorable, Christelle, Christine et Philippe peuvent enfin prendre le bateau pour aller visiter la grotte del Bue Marino, près de Cala Luna. Vincent, Pierre et Anne-Laure prennent la direction de Dorgali pour aller faire quelques voies.
Nous nous retrouverons tous à Dorgali en fin de journée pour prendre la route d'Olbia où le bateau nous attend pour nous ramener à Gêne.

Dimanche 21, nous débarquons séparément du bâteau pour prendre la route du retour. L'automne nous offre un paysage splendide à notre arrivée dans la vallée d'Aoste. Nous en profitons pour nous arrêter manger un dernier met italien sur une terrasse au soleil.

Les vacances terminées, nous laissons derrière nous cette belle Sardaigne qui nous aura laissé d'excellents souvenirs en belle compagnie. Un grand merci à Vincent pour l'organisation de cette magnifique course, à Philippe pour son monopoly, à Christelle pour sa bonne humeur, aux Grellet pour leur motivation et leur enthousiasme, à moi-même pour le récit et mes délires GoPro. Anne-Laure

Touren


Juli 2019
Sa 20. Jul.  (A)
Mo 22. Jul.  (RdA)
Mo 22. Jul.  (RdA)
Do 25. Jul.  (Rd)
Fr 26. Jul.  (A)
Fr 26. Jul.  (Rd)